Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2019

La politique de colonisation israélienne est un suicide démographique. Maintenant, passez à autre chose.

par JL Wall

Normalement, David Goldman («Spengler») est astucieux, ou du moins assez astucieux pour exiger une sérieuse réflexion dans la lutte de ses arguments. Mais à propos de cette dernière, je ne sais tout simplement pas par où commencer. Grâce à la première anecdote, cela semble expliquer pourquoi Rahm Emanuel est précisément un «Juif qui se hait soi-même» - pas pour avoir vécu en 1993 et ​​croire à Oslo après son effondrement (sujet digne d'être critiqué sans pétulants appelant nom,), mais pour "dénigrer Israël sur les colonies".

Pour contester la politique de peuplement actuelle, dit-il, il faut «un engagement idéologique envers un universalisme laïc qui réclame une foi fanatique». Mais il existe une autre raison de s'opposer à la continuation indéfinie du système actuel: Goldman se frotte contre son dernier paragraphe ricanant et confiant:

Il n'y a tout simplement pas de discussion avec les Juifs libéraux. La seule solution est la solution biblique: dans quarante ans, ils seront tous morts, à l'instar de la génération insensée des affranchis qui ont quitté l'Égypte avec Moïse. Les Juifs laïcs ont un enfant par famille, les Juifs réformés 1,3, les conservateurs 1,6 et les orthodoxes modernes près de 4 ans. Une nouvelle majorité juive se formera au cours des quarante prochaines années. Elle sera fidèle à la religion, proche de la pensée israélienne et politiquement conservatrice.

Le taux de natalité des Juifs israéliens n’est pas aussi bas que celui des non-orthodoxes américains, mais il se situe globalement autour de 2 enfants par famille; selon la plupart des estimations, le taux de natalité global des Palestiniens se situe entre 3 et 4. Même si ces chiffres sont un peu trop élevés, comme le prétendent certains, cela ne change en rien la réalité, comme l'a souligné Michael Oren en mai dans son commentaire:

Même si l'interprétation minimaliste est en grande partie correcte, elle ne peut pas changer une situation dans laquelle les Arabes israéliens constituent actuellement un cinquième de la population du pays - un quart de la population de moins de 19 ans - et dans lequel la Cisjordanie contient maintenant au moins 2 millions d'Arabes.

Israël, l'État juif, est fondé sur une majorité juive décisive et stable d'au moins 70%. N'importe quel niveau inférieur à cela et Israël devra décider entre être un État juif et un État démocratique. S'il choisit la démocratie, Israël en tant qu'État juif cessera d'exister. S'il reste officiellement juif, l'État devra faire face à un niveau d'isolement international sans précédent, y compris des sanctions, qui pourrait s'avérer fatal. Soulignez le mien - JLW

Cela signifie-t-il qu'il n'y a pas de marge de manœuvre en raison de la croissance naturelle des colonies de peuplement israéliennes? Pas nécessairement. Mais je ne peux toujours pas comprendre l'état d'esprit de ceux qui ignorent la réalité démographique. À ce stade, le seul cas de maintien d’un Israël juif face à ces chiffres éventuels est celui de la droite religieuse israélienne: D.ieu nous l’a tout donné.

Mais pour argumenter cela signifie que l’on accepte de placer le cas d’Israël en termes strictement religieux. Ainsi, pendant que nous sommes là-bas, toujours dans une perspective strictement juive, il est grand temps que quelqu'un pointe du doigt l'autre côté de cet argument, le plus dangereux: s'il existe un droit de demeurer dans le pays, il n'y a pas de droit inviolable à habiter dans le pays à un moment précis avant le Moshiach. Il y a eu des expulsions avant.

Nous, Juifs américains et israéliens, ferions bien de rappeler que D.ieu qui a parlé à Ésaïe et à Jérémie, plaidant en substance pour l'Exil babylonien, est beaucoup plus préoccupé par les veuves, les mendiants et les orphelins que par la précision des faits. Sacrifices du temple. Le dernier sans le premier n'est pas suffisant pour remplir l'Alliance. C'est pourquoi cela me rend malade de voir des rabbins «orthodoxes» affirmer que leur «orthodoxie» est plus que suffisante pour compenser leur propre mépris pour la vie humaine.

*     *     *

Peut-être devrais-je ajouter ici, à la fin de ceci, que je crains de plus en plus constamment de vivre plus longtemps que l'Etat d'Israël. Dans ce cas, ce sera la réponse à cet événement, et non la Shoah, qui façonne l’avenir du judaïsme et de la vie juive. Ces deux pensées ("peurs"?) Colorent plus ou moins toutes mes pensées sur la politique d'Israël.

Laissez Vos Commentaires