Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2019

Et si les cols bleus ne détestaient pas OWS?

Greg Sargent:

C'est devenu un article de foi parmi la droite, et même parmi certains commentateurs neutres, qu'Obama et Dems risquent de perdre le soutien des Blancs de cols bleus dans les États moins influents s'ils osent chuchoter un mot d'éloge pour Occupy Wall Street.

Mais que se passe-t-il si le contraire est vrai - et si les électeurs blancs de la classe ouvrièreréellement aimer et être d'accord avec le message d’occuper Wall Street, si ce n’est toujours avec l’instinct culturel et personnel de ses messagers?

Le mouvement est encore très jeune et il est très difficile d’évaluer son soutien. Mais un responsable du travail partage avec moi un point de données très intéressant: Working America, la filiale de l’AFL-CIO qui organise les travailleurs des lieux de travail non syndiqués, a recruté environ 25 000 nouvelles recrues rien que la semaine dernière, en grande partie grâce au visibilité des manifestations.

C'est très intéressant. Je doute que cela signale une tendance, cependant. La résistance culturelle à la jonction avec les fous de la confiance gauche et dreadlockés doit être forte. Mais qui sait? Le mouvement Occupy a fait preuve d'une énorme démonstration de force à l'étranger le week-end dernier. Mais c'était là. Walter Shapiro est allé à OWS l'autre jour et a dit que c'était une démo plutôt gentille, mais vraiment, vraiment petite. Il dit que rien de ce qu'il a vu ne justifie la couverture médiatique de la démo. La théorie de Shapiro est que les journalistes attendent une sorte d'expression de colère de la part du Tea Party, et quand ils l'obtiennent, ils l'exagèrent. Shapiro:

Occupy Wall Street est un test de Rorschach. Si vous êtes un fervent partisan de la gauche, vous pouvez trouver quelque chose d’attrayant dans les efforts bien intentionnés et surtout bien élevés des manifestants pour attirer l’attention sur l’injustice économique. Si vous êtes un conservateur intransigeant, vous pouvez vous moquer des manifestants aussi facilement que vous pouvez placer au pilori une coopérative d'alimentation végétalienne. Il est impossible de prédire ce qu'il adviendra de ce mouvement fragile de bulle de savon. Mais il est peu probable que la réponse soit trouvée à Zuccotti Park ou à la prochaine destination d’Occupy Wall Street.

Si quelqu'un peut proposer un mouvement anti-Wall Street auquel la classe ouvrière et la classe moyenne inférieure peuvent réellement croire et se rassembler, nous aurons atteint un tournant potentiel dans la politique américaine, le moment où les problèmes culturels auront peut-être cessé être la principale division de la politique américaine. Je ne retiens pas mon souffle. Encore une fois, ce que John Robb dit:

Pourquoi occuper? Pourquoi Tea Party? Pourquoi protester? Facile; L'économie américaine est en panne. Les revenus sont inférieurs à ce qu'ils étaient il y a 35 ans. Tout coûte plus cher. Nous avons 17% de chômage (mesure traditionnelle) depuis 2 ans et nous sommes sur le point de perdre encore beaucoup d'emplois… Notre dette collective représente 370% de notre PIB (de toutes les sources, du consommateur au gouvernement). Notre système financier a a) permis le transfert de nos emplois manufacturiers vers une Chine mercantiliste (commerce géré) et b) a volé le reste de notre richesse (et est en train de jouer ce qui en reste). Enfin, étant donné l’instabilité persistante de notre système économique, nous n’avons pas longtemps avant que tout échoue et notre avenir collectif (riche ou pauvre). La question est vraiment: pourquoi ne protestez-vous pas? pourquoi tout le monde ne proteste-t-il pas?

Laissez Vos Commentaires